Colombie - Est des Andes

Mongui et le Paramo d´Oceta

Mongui

Mongui est un petit village très photogénique à 2900m d’altitude près du parc naturel de Cocuy.
Sur la place principale, une église, mais aussi des jolies statues, des fleurs, … Et un kiosque (j’en parlerai plus tard).
Mongui statues place
Le village est constitué de quelques rues qui se croisent.
Au bout de la longue rue qui part de la place principale, un pont bordé de fleurs permet de traverser la rivière.
Mongui pont
De l’autre côté du pont, un petit chemin permet de monter à une rue qui donne une jolie vue (même si les arbres font un peu barrière) sur la ville.
Mongui mirador

A gauche de la place principale, la rue qui monte donne sur un escalier.
Mongui escalier
De là pars le chemin vers le paramo d’oceta.

Les Muiscas

Les Muiscas sont une ancienne civilisation assez importante, apparue au 6ème siècle, et très tournée vers la liaison avec la mère nature.
La structure sociale (et donc la civilisation) a été écrasée lors de la colonisation Espagnole au 16ème siècle. Les populations ont ensuite été intégrées à la culture Européenne et les traditions ancestrales se font désormais rares.
Des descendants des Muiscas vivent encore dans la région.
On retrouve des vestiges des Muiscas entre autre à Mongui et en montant vers le Paramo d´Oceta.

Le Paramo d’Oceta

Qu’est ce qu’un `Paramo´ ?

Un paramo est un site naturel d´altitude typique des Andes (env 3100m – 4200m d´altitude, souvent humide et relativement froid, et de fait avec une biodiversité importante et de nombreuses plantes endémiques adaptées aux conditions climatiques du lieu.

Les randonnées dans le Paramo d’Oceta

Deux circuits existe. Le premier de 800m de dénivelé passe au travers d’anciens tombeaux Muiscas (dans la roche) et fini à une jolie cascade. Le deuxième de 1000m de dénivelé monte jusqu’à un lac. Seuls ces deux chemins sont possibles car les autres sont fermés pour protéger le site.
Le paramo est très humide, ce qui permet sa biodiversité, mais aussi fait qu’il pleut souvent et qu’il y a souvent de la brume, quelque soit la saison.
Cette humidité vient de la chaîne de montagne du Cocuy située juste à l’est.
La randonnée des 1000m fait souvent des déçus car le lac (destination finale) est souvent brumeux. Au vu de la météo, nous avons privilégié l’autre chemin. Nous avons fait la randonnée avec une guide descendante des Muiscas : Maria.

Le circuit de 800m de dénivelé

La montée commence par l’escalier qui part de la place principale.
Au début du chemin, nous pouvons voir des vestiges Muisca : une roche percée utilisée pour baptiser les bébés (naturel), ainsi que des sculptures.
Oceta baptemeOceta Muisca drawings

La végétation du paramo est saisissante. Entre autres :
– Des plantes qui permettent de faire des tatouages : On applique les feuilles fermement sur la peau pendant une vingtaine de secondes. Puis on y frotte de la terre. Le contour des feuilles a déposé une sorte de sève qui agrippe la terre et créé un tatouage plutôt joli qui dure… toute la journée !
Oceta tatouage naturel
– Des plantes qui retiennent l’eau de pluie entre ses feuilles. C’est ce qui permet d’avoir une irrigation continue du sol. Elles sont toutes douces !
Oceta plante retient eau
– Des grandes fleurs centenaires : la taille de celles-ci est liée à son âge. Plus une fleur est grande, plus celle-ci est vieille. Les plus hautes sont même millénaires !

Oceta fleurs ancestrales

Les plus grandes seraient elles millénaires? Ce qui est sûr c’est qu’elles ont connu les muiscas !


– Des grandes fleurs violettes qui donnent l´impression de pics qui sortent de terre..
Oceta fleurs violettes
– Et bien d’autres (lychens qui donnent l’impression qu’il a neigé, immenses bouquets qui ressemblent à des tournesols, etc…)
Oceta tournesols endémiques

Les bouquets de fleurs qui ressemblent à des Tournesol (immenses) et notre guide Maria


Oceta fleurs

Les vallées du paramo d’oceta sont larges et fournies en végétation, et au vu de l’humidité, il n’est pas rare de voir un arc en ciel 🙂
Oceta arc en ciel
Paramo humide

En continuant la montée, on bifurque vers la zone des tombeaux Muiscas.
Impossible de le savoir en passant si on n´a pas l´information, vu que les morts étaient déposés dans les trous naturels dans la roche. Malheureusement, tous ont été pillés avec la colonisation.

Oceta tombeaux muiscas

Le gardien des tombeaux, la table mortuaire ainsi que l’entrée d’un tombeau.


Pour se frayer un chemin dans la vallée, on escalade des roches, passe dans des lieux qui ressemblent un peu à la jungle, traverse quelques ruisseaux, passe dans des passages très étroits dans la roche, etc…
Oceta passages
Oceta jungle
Un chemin qui sort de l’ordinaire d’une rando standard, mais magnifique et super intéressant (aussi bien au niveau végétation et paysage que pour son côté historique !).
Oceta vegetation tombeaux muiscas

Après la vallée des tombeaux, on retrouve un vrai chemin.
Les fleurs endémiques par milliers nous enchantent ! Puis le petit lac, et le clou du spectacle : la zone de la cascade.
Oceta paysage fleurs ancestrales
Oceta cascade
Et quand en plus les nuages nous laissent un peu de répit pour la vue 🙂

Pour le retour on prend un chemin plus traditionnel. Dommage que la pluie (diluvienne) se soit invitée à la fête : pas de photos possibles et on était trempés jusqu’aux os.

Informations pour ceux qui veulent y aller

– Pour aller à Mongui, des bus partent très régulièrement de Sogamoso (terminal de bus). Le trajet dure 1h.
– Pour rejoindre Sogamoso, les correspondances se font à Tunja.
– Il est très intéressant de prendre un guide pour faire la randonnée au paramo d’Oceta : cela permet de découvrir des choses sur le chemin et mieux comprendre le Paramo : sa végétation exceptionnelle et sa portée historique.
– Il y a 2 agences officielles sur Mongui. La première a un local dans les bâtiments de la place principale (à côté de l’entrée de la place quand on arrive au village). La 2ème, Maria Tours a une cabane directement sur la place principale (ils sont 4 guides). El Poeto sert aussi de guide (il attend les clients à l’arrivée des bus) mais il n’a pas de licence officielle.
– Je suis partie avec Maria, de Maria tours, suite aux avis que j’avais trouvé sur internet, et à mon tour je recommande. Pour le tour, aller directement à la cabane, ou bien la contacter par Whatsapp : + +57 313 4798492
– Pour faire le paramo d’Oceta, prévoir des vêtements de pluie même s’il fait grand soleil le matin, mieux vaut être prudent !
– Il est possible de faire la rando sur la journée en logeant à Mongui ou à Sogamoso (en partant tôt), mais prévoir au moins 40min (ou plus si vous aimez la photographie) pour visiter Mongui si vous logez à Sogamoso. C’est vraiment très mignon, de jour comme de nuit…
– Maria a comme projet d’ouvrir une hospedaje (maison d’hôtes) dans les hauteurs de Mongui, et préparer des plats pour ses hôtes, sur la base d’une alimentation saine (faibles graisses et sucres) et à dominante végétarienne, en intégrant des recettes venant des Muiscas. Les travaux de la maison ont déjà commencé, ça pourrez ouvrir d’ici fin d’année. Restez à l’affût !

Oceta moi

Merci Maria pour la photo ! 🙂

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s