Au fil de l'eau

Premiers jours en Colombie

Que dire de ces premiers jours ? De quoi s’en mettre plein les yeux et de belles rencontres pour enfin commencer à réaliser que j’y suis !

Les petites remarques du début de ce périple sur la côte Caraibe Colombienne.
– Les bus : Trouvez d’où partent les bus et lesquels prendre, où descendre… Facile, il n’y a ni horaire ni règle écrite, ni même arrêts de bus mais il suffit de demander aux locaux, eux savent, et finalement on ne galère pas trop.
– La crise Vénézuelienne se voit énormément sur la côte Caraibe colombienne. La mendicité (sous forme de demandes, ventes de bonbons (etc) assez forcées, chansons, etc) est omniprésente. Pour une partie, il s’agit de Vénézueliens qui ont fui leur pays. L’inflation là-bas a atteint les 13000%, et ceux-ci brandissent devant nos nez dans les bus leurs énormes liasses de billets – économies d’une vie – qui ne valent plus rien aujourd’hui…
– Le nombre de Français ! 50% des non hispaniques (je ne sais pas encore différencier les nationalités latino-américaines) que j’ai croisé sont Français. Comment savoir quand on croise un non-local si on doit dire Hola, Hello ou Bonjour….
– Les gens ! Ils sont adorables, souriants, festifs, aimables, toujours prêts à rendre service. Un plaisir 🙂
– Les petits surnoms… Il m’est arrivé très souvent que les vendeuses ou gérantes d’hôtel m’appellent ‘mi reina’, et pour les gars, c’est parfois ‘mi amor’… Que calor ^^
– Que ce soit à la mer, dans les torrents, les cascades, les locaux vont pour la plupart se baigner… habillés ???
– La cuisine végétarienne à la côte ici. Avis aux intéressés…

Des visites :

Santa Marta
On m’avait dit que c’était une ville sans intérêt (sauf sa localisation très pratique), mais j’ai adoré son centre coloré et animé.

Parque Tayrona
2 jours dans une réserve naturelle entre jungle et plages, inondée de soleil.
Je vous fais très prochainement un article complet sur les merveilles de Tayrona, avec les photos qui vont avec et tous ces ressentis merveilleux, mais en attendant, voici une petite sélection de photos.

[EDIT : Lien vers l´article sur Parque Tayrona]

Mes petites aventures au parc :
– Je suis partie avec 3L d’eau en pensant que ca me tiendrai les 2 jours.. mais j’ai dû en racheter dès le 1er soir ! Chameau ? Non, chaleur !
– Je voulais voir le coucher de soleil sur la plage mais logeais dans la jungle. Du coup retour pendant 20 minutes de nuit à la lampe torche au milieu de la jungle pour rejoindre mon camping (et le chemin n’est pas ce qu’on appelle ‘facile’). Heureusement, j’avais déjà fait le chemin de jour pour poser mon sac, et avais pu repérer les passages plus cahotiques… Et dans l’histoire j’ai pu aider un autre gars qui lui n’avait pas de lampe torche et venait pour la première fois… karma ?


– Les douches du camping : ouvertes en bas jusqu’au dessus des genous, et en haut à partir du haut du torse, et complètement en extérieur (juste des panneaux plastiques).

20180503_191407
– Les passages sous des barbelés pour ‘prendre un raccourci’ recommandé par le gérant du camping… Logique…

Minca
2 jours au vert à la montagne, dans une petite bourgade animée.
Aussi un article à venir avec des photos et impressions (échantillon ici)

Mais en attendant : les petits bonus.
– Les moustiques ! De jour comme de nuit, sans répit et malgré de l’antimoustique à gogo… Impossible de couper aux piqûres !
– Les kms sous la pluie battante pour atteindre la « finca Victoria » (ferme de fabrique du café) où j’apprends plein de choses intéressantes que je ne connaissaient pas sur la culture et le tri des grains de café (depuis le temps que je travaille dans le café). Et oui saison des pluies oblige…
– La baignade à mi-cuisses dans une eau boueuse (mais à priori limpide et cristalline quand il ne pleut pas), et la rencontre avec des Colombiens adorables (qui rêvaient de visiter le Maachu Picchu) et qui m’ont redescendu de la montagne en voiture… Moment improbable… mais mémorable…
– Une visite observation d’oiseaux débutant à 6h du matin avec un guide passionné (et passionant). Il y avait toucans, colibris et de nombreuses autres espèces endémiques de la région… Super intéressant ! Saviez-vous qu’il y a quasiment autant d’espèces endémiques en Colombie qu’au Brésil ?

[EDIT : Lien vers l´article sur Minca]

Palomino
Petit village avec plus d’hostels et de restaurants/bars/magasins que d’habitants. Mais très agréable tout de même ! La plage est belle, mais le courant y est fort (baignades avec précaution !)
J’ai eu la chance d’aller découvrir le croisement de la mer et du Rio accompagnée d’un local rencontré au détour d’un jardin : se baigner dans le rio était tout de même moins dangereux que dans les rouleaux de la mer.

J’ai même eu droit à mon eau de coco en chemin, coupée directement sur l’arbre et ouverte à l’aide de branches. Une belle rencontre, merci Ernesto !

Bientôt la visite de la pointe extrême nord de la Colombie, la péninsule de la Guajira…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s